Le domaine, son histoire, ses pratiques...

Alain Allier

Alain Allier

Depuis plusieurs génération ma famille vie et travaille la vigne dans la plaine de la Vaunage au sud ouest de Nîmes.

Mon père avait une petite exploitation et pendant les vacances je l’aidais dans les vignes, puis mon frère aîné a repris la suite, et moi étant le 4e et dernier de la fratrie je n’ai pu travailler sur la propriété qui était trop petite pour nourrir 2 familles.

J’ai donc pris une autre direction professionnelle.

Mais la terre me manquait. Et, j’ai acheté petit à petit des vignes vouées à l’arrachage, situées sur les coteaux et des terres incultes que j’ai replantées.

Je menais mes raisins à la cave coopérative du village, mais j’étais désabusé quand je voyais mes raisins mélangés à des raisins issus de la surproduction et de la chimie.

En 2004, rencontre avec Éric Pfifferling qui m’a fait déguster ses vins et c’est le choc d’une découverte, qui me donne matière à réflexion. Ces vins comparés à ceux de la cave coopérative n’ont rien en commun.

Après maintes discussions avec Éric P. et Benoit Courault, je décide de vinifier une partie de ma production, le reste ira toujours à la cave coopérative.

Année après année, le volume du Domaine grossis avec de nouvelles cuvées.
Et en 2010, je vinifie toute ma vendange dans ma cave.

Pour moi, le vin naturel est le fruit de plusieurs facteurs :
– les raisins essentiellement, beaux et sains
– la vie dans les sols respectée, améliorée (sans chimie)
– la vigne, qui doit être guidée tout au long des saisons (taille, labour, assolement, traitements,vendanges) avec des méthodes douces, sans agressivité.

Tout ce travail pour élaborer des jus qui auront le meilleur équilibre possible afin d’élaborer des vins sans ajouts ni correction.

Tous les ans, tout est remis en question. En fonction du temps de l’année écoulée, le vin pourra être différent.
Ce vin est vivant, même dans la bouteille et il nous surprend souvent car il évolue au fil des saisons.

Selon les équilibres, les analyses, les dégustations, je peux être amené à sulfiter à dose homéopathique (inf à 2g/hl)) à la mise en bouteille, afin que le vin à l’ouverture de la bouteille ait tenu toutes ses promesses.

Pour moi,le vigneron est quelqu’un qui ne triche pas.
Le Vin Naturel doit être le vin d’un homme passionné et fier de son travail. Il doit être en accord avec la nature qui le fait vivre . Ses vins doivent être le reflet du terroir d’où il est issu.

La vinification

Les raisins sont récoltés manuellement en caissette, ils sont très rapidement (-1h après) stockés en chambre froide à 7 degré.

Pour les blancs et les rosés une presse directe, douce, en pressoir pneumatique sur une durée de 8h. Débourbage à froid 24h. Mise en cuve jusqu’à la fin de la fermentation avec petit remontage si nécessaire. Soutirage en fin de fermentation et élevage en cuve.
 
Pour les rouges la vinification suivant les cuvées est différente ; on peut avoir du semi carbonique et un égrappage total ou partiel. La macération peut être plus ou moins longue. Elevage en cuve ou en fût.
Chaque année il faut se remettre en question dans notre travail à la cave suivant le millésime.
Notre idée est de vinifier sans intrants mais on peut être amené à sulfiter à petite dose pour retrouver des équilibres.
decuvage

Les cuvées

Les assemblages sont réalisés par nos soins pour créer des vins à notre image et que l’on aime boire : Légers, frais et sur le fruit.

Pour trouver plus de détails sur nos vins :

Alain & Isabelle Allier
Alain et sa femme Isabelle
Alain à la cave
carignans
Tagada dans les Carignans
nettoyage cave
Nettoyage à la cave